PAUL REBEYROLLE



Eymoutiers 2015

"Rebeyrolle vivant"






Un cinglé du selfy...

Portnawak

 

Chambord 2012


"D'Eymoutiers à Chambord, dans cet immense château où les idées priment pour créer cette architecture d'exception, Paul Rebeyrolle serait étonné de découvrir ses grands formats exposés dans ces travées et ces salles de pierre sculptée où l'on accède par le somptueux et fascinant escalier façonné par le génie de Léonard de Vinci. Déconcerté, troublé, heureux d'être là, dans ce château hors du temps, dans ces espaces stupéfiants -entre terre et ciel- au plus proche des animaux et de la nature qu'il aimait tant, mais aussi des hommes dont il savait se méfier instinctivement mais qui, parfois, peuvent forger une grande pensée et une inoubliable beauté."Jean-Louis Prat










 

Annecy 2011

Fondation Salomon Annecy





Paris 2007

Jeudi 31 mai 2007

Paul Rebeyrolle

Peintures

Galerie Claude Bernard
Paris



A Lionel Bourg

LIONEL BOURG
Paul Rebeyrolle
L'oeuvre de chair

"L'artiste le plus politique de son époque, ce n'est pas un hasard, nous laisse l' œuvre la plus confiante, la moins retorse peut-être. Nous y sommes inclus. La partageons avec les sables et les morceaux de bois pourris, les cadavres des belles que l'on aima, les hiboux dans les arbres et la brise matinale, avec les fleurs, avec les ronces, nos craintes ou cette mémoire obscure dont nous sommes redevables, avec les estuaires, les chambres tristes, les chiens, les pièces de boucherie, les sexes, les baisers, ne serions-nous en elle, qui est du temps, ou de la chair, que de vagues éclairs qui brûlent puis s'éteignent ou s'engluent dans sa matrice d'ombre, des passants, des enfants répudiés. "

Jacques Josse sur Remue.net





Eymoutiers 2005






















Le Cyclope
Hommage à Georges Guingouin



 

Paul Rebeyrolle est mort le 7 février 2005
Ces cendres ont été dispersées dans la rivière Planchemouton

Paris 2004


PAUL REBEYROLLE

A la Galerie Claude Bernard, Paris, le jeudi 26 février 2004








"Cette oeuvre ne parle pas d'une humanité insolite. Elle parle de nous mêmes avec cette violence nécessaire à la gravité des enjeux. Il est étrange de regarder comment cette peinture est faite. On ne comprend pas comment le pinceau fait émerger une forme . C'est très mystérieux. Simplement peut-être en canalisant le flux de la pensée, en étant au service du fonctionnement neuronal. La main si proche du cerveau, comme ces mots d'un poème court-circuitent tout raisonnement logique. L'oeuvre de Rebeyrolle n'est pas faite pour les tièdes ou les" amateurs d'art". Elle existe pour ceux qui veulent comprendre ce qu'est notre monde pour mieux le surmonter. La lucidité rageuse avec laquelle Paul Rebeyrolle taille dans la chair avec une peinture aussi étrangement sensuelle, organique, violente et minérale, suscite autant d'effroi que d'interrogations fascinantes."
Didier Sicard (Professeur de médecine interne, Président du Comité Consultatif National d'Ethique).

Eymoutiers 2003

 

 

On n'entre pas ici sans désir.
On y vient vérifier l'état du monde.


"Rentrez dans le bastion, n'ayez pas peur des éclaboussures de pisse ou de sang, les perles d'eau qui vont vous atteindre sont l'humanité, la générosité, l'amour, l'humour, le courage, c'est la peinture du gars d'Eymoutiers, " compagnon de route du Caravage, de Goya, de Géricault, de Courbet,

"Je me demande si je ne pense pas autant à la vie et aux conditions de vie des individus qu'à la peinture" dit-il.



La Liberté.

Celle de l'insurgé solitaire.
Celle du lichen, des poils, des branches, des champignons.
Celle des cailloux de la rivière Planchemouton.
Celle des chiens.
Celles des truites, de la chair et du vin, du rire, de l'amour, de la colère et des jurons.

Nulle hiérarchie.

Les chiens pissent sur leur matricule, les blaireaux se dépouillent et les coeurs se décrochent.

Celle de l'engagé, de l'enragé, du franc-tireur raconte la chronique, de l'ami de Sartre et de Foucault et de Guingouin, le résistant...

 





 

Rebeyrolle . Galerie Claude Bernard

"Les nourritures terrestres" de Rebeyrolle

"...c'est ça pour moi le paysage, un contact presque charnel..."
Paul Rebeyrolle

à Madagascar




Céret 1986

MUSEE D'ART MODERNE DE CERET

JUILLET 1986

Exposition Rebeyrolle