Henri de Miller
1953-1999




Henri de Miller

Une rencontre pour un projet. Celui du jardin d'un lycée. Les ailes d'un rêve se déploient.
Souvenir d'un conseil municipal, les regards sont obtus ou me fuient. Dans le silence qui suit l'exposé d'Henri de Miller, une question fuse: "Combien ça coûte?"
Trop, beaucoup trop... connards.

Et puis un jour, il passe me voir, chez moi. Il me parle de tumeur au cerveau, il commence une chimio.
De l'hôpital, un coup de téléphone de temps en temps, il résiste me dit-il, il a confiance...



 

J'écris ici, ce poème d'Eluard que je lui avais envoyé en mai 99

"L'heure qui tremble au fond du temps tout embrouillé

Un bel oiseau léger plus vif qu'une poussière
Traîne sur un miroir un cadavre sans tête
Des boules de soleil adoucissent ses ailes
Et le vent de son vol affleure la lumière

Le meilleur a été découvert loin d'ici."



Alors ce soir je vair reprendre ce livre d'Adolfo Bioy Casares, qu'il m'avait envoyé, un livre dont Jorge Luis Borgès saluait la perfection. Je me souviens, ça se passait dans une île fantastique...